Second sexe sex famille

second sexe sex famille

.

Les scènes de sexe sorceleur éducation sexuelle




second sexe sex famille

Le christianisme a renforcé cet effroi pour le corps féminin. Il a besoin de son regard pour se sentir conquérant, nécessaire. Il projette sur elle sa transcendance. Mais prise dans la réalité, la femme perd de sa magie: La femme est à la fois le bien et le mal, dualité qui se retrouve chez la prostituée. Beauvoir analyse la pensée de cinq écrivains, du plus misogyne au plus féministe. Les quatre premiers ont contribué à renforcer le mythe féminin.

Henry de Montherlant est un écrivain à la misogynie aiguë: Ainsi, il crée des héros solitaires qui ne peuvent souffrir la rivalité des femmes. Mais celles-ci ne sont pas pour autant oubliées: Mais une contradiction apparaît chez Montherlant: Beauvoir accable Montherlant et sa solitude trompeuse: Être phallique , il incarne la transcendance, tandis que la femme est passive, enfermée, immanente. Par son catholicisme, Paul Claudel a une vision peu émancipatrice de la femme.

Beauvoir veut démystifier dans ce chapitre la gloire céleste qui tente de cacher son infériorisation terrestre. Elle est mystère, révélation, poésie, magie. Hormis Stendhal , les écrivains analysés par Beauvoir cherchent en la femme un autre par lequel ils pourront se révéler à eux-mêmes. Beauvoir conclut le premier livre du Deuxième Sexe par un bref chapitre dans lequel elle se demande si le mythe féminin, si présent dans la littérature, est important dans la vie quotidienne.

Pour rétablir une égalité des sexes, une réciprocité est nécessaire. Hommes et femmes doivent y participer, les premiers sans duplicité, en considérant les secondes comme des êtres à part entière. Durant celle-ci, deux facteurs conduisent à une rapide infériorisation de la petite fille: Contrairement aux garçons , les filles peuvent rester longtemps dans les bras de leurs parents, être coquettes, comédiennes.

Elles vivent un complexe de castration , regrettent de ne pouvoir uriner debout. Elles sont éduquées par des femmes, prises alors dans un cercle vicieux. Elles sont plus proches du stade adulte que les garçons car des tâches ménagères leur incombent vite.

La découverte décisive des filles est la supériorité des hommes. Quelques filles sont rebelles, luttent contre leur féminité: Leur puberté , plus précoce, est un bouleversement: On veut la jeune femme pure, celle-ci vit alors des refoulements , se réfugie dans la mauvaise foi, les fantasmes. Les parents comme la culture préparent donc la fillette à son futur rôle de femme infériorisée.

La transcendance des garçons se confirme avec le temps: Chez la jeune fille, le lien entre le corps et la psychologie est fort, entraînant angoisses et handicaps. Mais les filles ne sont encouragées ni en sport, ni dans les domaines intellectuels.

Elle est rarement indépendante et insouciante. Les filles se sentent inférieures aux garçons et se complaisent dans la médiocrité. Elles se font passives pour plaire, se modèlent sur les désirs des garçons. La passivité donne un certain pouvoir, séduit. Les rêveries des jeunes filles sont sans prise sur le monde. Pour être dans la vie, elles chercheront plus une femme, comme leur professeur.

Mais ces amours sont transitoires: Elles adorent un homme inaccessible qui leur semble supérieur à tous les autres et dont elles font une idole, et au nom de cet idéal, refusent les prétendants réels et la sexualité. Si la sexualité est acceptée, la jeune femme se fait autre, docile et inessentielle. Elle est à la fois blessée et flattée par le regard des hommes: Elle est déchirée entre le destin assigné par la société et la rébellion.

La mauvaise foi la caractérise: Mais en même temps, elle ne cherche pas à repousser les limites du monde réel. Alors la jeune fille ne fait rien, rêve, au mieux est extravagante. Elle est préoccupée par le mariage et délaisse les amitiés féminines.

Leur situation morale est également différente: La jeune femme est aliénée dans son corps, par la pénétration et la douleur. Souvent elle se révolte contre son destin sexuel. Cette frigidité prend fin avec un amant délicat. Selon la psychanalyse, la femme a le goût pour le masochisme, aime être dominée. Étudier la lesbienne est un moyen pour Beauvoir de mieux comprendre les rapports de la femme avec les hommes et avec la féminité. Il existe deux types de lesbiennes: Les femmes viriles seraient même des hétérosexuelles revendiquant autonomie et égalité.

Les rapports avec la mère conditionnent le type de relation lesbienne: Il est difficile de comprendre une lesbienne car une comédie sociale se superpose souvent à des rapports sincères. Sa sexualité est ambiguë car tout en refusant la domination masculine, la lesbienne veut dominer une autre femme.

Elle fréquente parfois des hommes si elle leur trouve des intérêts communs, mais le plus souvent elle les fuit, voyant en eux des rivaux. La destinée traditionnelle de la femme est le mariage. Le plaisir est ainsi distinct de la reproduction, et même nié. Des tabous entravent dès le début le mariage. Le mariage ne peut donc être réussi que si le désir est réciproque. Cependant, le devoir règne encore dans le couple en Elle est gagnée par une dialectique: Les tâches ménagères sont nombreuses et répétitives, elles représentent une lutte permanente contre le mal et perpétuent sans cesse le présent.

La poussière fâche la femme au foyer en réalité révoltée contre son sort. Le ménage prenant permet une fuite loin de soi et une compensation sexuelle dans les sociétés puritaines. La cuisine a un aspect plus positif que le ménage: Le mariage est aussi discrédité: Le fossé entre le mari et la femme est encore profond en La femme est souvent plus jeune et infantilisée. Elle est aussi intellectuellement inférieure à son mari: Il aime soumettre la femme qui dès lors se rebelle ou se complaît dans le masochisme.

En même temps, elle doit faire attention à ne pas perdre son mari. Ils ignorent le vrai amour. Il ment en affirmant que son épouse a une influence sur lui. La vie de famille est décidément très mal vue par Beauvoir, qui y voit un mari décevant, une femme rêveuse, peu stimulée intellectuellement.

En , les époux sont, du point de vue de la loi, quasi-égaux. Mais un obstacle de taille demeure: Beauvoir aborde presque immédiatement un sujet brûlant en , présenté ainsi comme une urgence: Beauvoir dresse alors un tableau désastreux du problème. Mais elle ajoute que la répression a toujours été inefficace. Beauvoir accuse les hommes démissionnaires et hypocrites, mais aussi, une fois de plus, la soumission des femmes: Beauvoir veut pour finir démonter deux préjugés: La robe représente un érotisme dans la vie sociale, rendant le mari fier et éveillant le désir des autres hommes.

La femme se fait coquette, pratiquant du sport et faisant des régimes: Elles peuvent même ressentir de la jalousie. La société confond encore femme libre et femme facile.

La prostitution est en partie une conséquence du mariage puisque le mari impose la chasteté à sa femme. Elles sont intellectuellement normales, mais incitées à se vendre par la misère et le chômage. Souvent elles ont été déflorées jeunes, sans amour, parfois sous la contrainte. Leur souteneur est un appui moral et financier, parfois un amant, parfois un objet de haine.

Elles sont des choses. À Hollywood , les vedettes sont soumises à un esclavage: La ménopause lui fait perdre ce qui la justifiait.

La vieillesse lui fait horreur car elle doit toujours plaire. Elle a une nouvelle vie imaginaire. Mais elle subit la fatalité du vieillissement.

Lorsque sa vieillesse est acceptée, elle devient un être nouveau. Lastly, the article sheds light on how The Second Sex is seen today in the French public debate. Tout sujet cherche à se justifier en dépassant sa situation à travers des projets. Les trois disciplines ne la satisfont pas, comme il fallait s'y attendre. Dans la psychanalyse freudienne elle découvre les traces de la perspective masculine. La même chose vaut pour la grossesse et la maternité. Beauvoir retrace le déroulement typique pour son époque et pour sa classe de la vie de la femme.

Comment ressentent-elles cette programmation? Quelles formes typiques de mauvaise foi la situation de la femme entraîne-t-elle? Pour la libération, deux conditions sont surtout indispensables: Ainsi, elle introduisit ces problèmes dans le discours publique et les rendit de cette façon négociables. Mais pas tout de suite. Aux États Unis, par contre, où le mouvement féministe était en avance, il a connu une réception plus intense.

Lors de mon colloque de , une intervenante posa la question à Kate Millett. Elle répondit assez habilement: How could it have been a source? Bien que leurs approches diffèrent entre elles, elles convergent dans une critique de la rationalité fondée sur la psychanalyse. On parle aussi de poststructuralisme. On ne peut pas supprimer le système, seulement le déstabiliser. Luce Irigaray parvient à des conclusions semblables. Mais voici la différence: Ces derniers temps, elle intronise cependant de plus en plus Beauvoir comme grande prédecesseure dont la théorie serait, il est vrai, dépassée par la sienne.

La théoricienne du genre, probablement toujours la plus influente au niveau mondial, a lu et Beauvoir et Sartre. Butler reconnut son erreur et, en conséquence, prit ses distances par rapport à Beauvoir dans Gender Trouble Galster c, 16 et Tidd Au total, Beauvoir paraît, comparée à Sartre, moins pessimiste et moins idéaliste. Sans vouloir réinstaller Beauvoir dans sa position d'épigone 27 , il faut constater que leur évolution a été dans une large mesure parallèle.

Tous deux se demandent à cette époque instamment comment une intersubjectivité non conflictuelle peut être fondée philosophiquement. Trois ans auparavant avait paru la Critique de la raison dialectique de Sartre où la rareté joue un rôle central. Après ce tour à travers les théories, je reprends la question de la valeur du Deuxième sexe soixante ans après sa parution.

On a vu par le jugement de Beauvoir elle-même dans quelle mesure les appréciations dépendent du lieu à partir duquel elles sont prononcées. À quel degré la théorie de Beauvoir est dépassée, à cette question chacune ou chacun doit répondre en fonction de ses propres présupposés. Plusieurs générations de couples non seulement français ont pris pour modèle le couple intellectuel Sartre-Beauvoir cf. Certaines pensent que la théorie aurait aussi servi aux hommes à légitimer leur infidélité par exemple, Françoise Chandernagor Dans le cas de la parité en politique, qui a dominé le débat féministe des années , on peut douter comment elle aurait voté.

Mais aurait-elle préconisé la modification de la Constitution selon laquelle les partis politiques sont obligés de nommer autant de candidates femmes que de candidats hommes pour les élections? Même si Le Deuxième Sexe est peu cité en France 41 , Beauvoir est omniprésente quand il est question du genre: Élisabeth Badinter, épouse du ministre de la justice Robert Badinter qui incita Mitterrand à supprimer la peine de mort, et Sylviane Agacinski, épouse du Premier Ministre Lionel Jospin qui proposa la modification de la Constitution en faveur de la parité à Jacques Chirac, à l'époque Président de la République.

Dans le débat sur la parité, elles ont défendu, de manière tranchée, les positions opposées qui correspondent à leurs présupposés Leurs opinions diffèrent aussi dans le débat à propos de la prostitution et de la gestation pour autrui.

Les débats ne passent pas seulement par les médias: Gendered Phenomenologies, Erotic Generosities. State University of New York Press. Presses universitaires de Rennes. Beauvoir und die Befreiung der Frauen von männlicher Herrschaft.

Karl Dietz Verlag, coll. Le travail critique des normes. Translated and edited by Diana Leonard. University of Massachusetts Press.

.


Mass Market Paperback , pages. Published July 1st by Gallimard first published Le deuxième sexe 2. To see what your friends thought of this book, please sign up. To ask other readers questions about Le deuxième sexe II , please sign up. Lists with This Book.

Le Deuxième Sexe is a book by the French existentialist Simone de Beauvoir, in which the author discusses the treatment of women throughout history. Beauvoir researched and wrote the book in about 14 months when she was 38 years old. Some chapters first appeared in Les Temps modernes. One of Beauvoir's best-known books, The Second Sex is often regarded as a major work of feminist philosophy and the starting point of second-wave feminism.

Nov 20, Manny rated it liked it Shelves: Interesting, and I read it to the end If you're male, you'll know what I mean. If you're female, you've probably noticed men staring at this part of your body, and maybe wondered why they were doing it. De Beauvoir, Interesting, and I read it to the end If I remember her argument correctly, it went something like this. Men want women to be useless, and feel threatened by any form of female activity.

Breasts are the most useless part of the female body like, they're not nearly as useful as arms and legs and stuff , so they're the part men like best. With all respect to the great Ms de Beauvoir, I simply can't buy this. It's ingenious, but it sounds like nonsense to me. I'm much more inclined to believe the account I have seen in a couple of evolutionary biology texts. Most male primates focus their sexual attention on the females' buttocks. But these primates also go around mostly on all fours.

When humans began walking erect, women suddenly looked quite different. Some of the neural wiring got shifted around, and the circuitry which used to trigger on female buttocks now triggered on female breasts instead.

But what do I know? I must admit that I can't think of any very objective way to test either theory. Anyway, feel free to answer this poll! But it seems to me that you can at any rate be objective about the breast-feeding hypothesis. I'd use an eye-tracker, show both male and female subjects pictures of women, and measure how much time each subject spent looking at breasts.

Then I'd see if there was a correlation with whether or not the subject had been breast-fed. If you can get funding to do this experiment, please mention me in a footnote or something. Two minutes on Google, and I find someone's already done almost the experiment I suggested.

I might write to Drs Rupp and Wallen, and ask them what they think. Will post her reply, if I get one. By the way, here's a brief nontechnical summary of the article, from the Kinsey Institute website: Kinsey Institute researcher Dr.

Heather Rupp is the lead author in a new study analyzing the viewing patterns of heterosexual men and women looking at sexual photographs. The results are not what you might expect. Researchers hypothesized that women would look at faces in the photographs, and men would look at genitals. The photographs were of heterosexual couples in sexual activity.

The study included 3 groups: The data also showed interesting differences in attention that may be explained by hormonal state — the women on the pill paid more attention to contextual elements of the pictures, such as the clothing and background scene than did either of the other groups.

These findings may help interpret previously reported sex differences in neural activation in response to similar stimuli. The starting point, as before, would be to use an eye-tracker to see how much time a large sample of men spent looking at women's breasts.

Though I wouldn't, as in her paper, present visual stimuli which showed couples having sex; I think it would be more natural to show pictures of women on their own, with their breasts more or less concealed by clothing. The standard complaint, after all, is "undressing with their eyes". Having got the timing figures, I would interview the men to get details on them and their current and past partners. I would argue that, if you're a man who finds female activity threatening, then it should to some extent to reflected in your choice of partner.

For example, I'd expect it to be less likely that a man who is afraid of female activity would have a partner with a successful career, who made more money than he did.

De Beauvoir's hypothesis, I thus claim, predicts that men who have a long-term association with an active, successful partner would spend proportionally less time looking at breasts.

I'd be very interested to find out if that was true! I can see the experimental design being difficult, however. If the subjects understood the point of the experiment too soon, I wouldn't trust the results at all. View all 19 comments. Dec 16, Sana Bouzid rated it it was amazing. Simone de Beauvoir rapporte dans son livres des textes de psychiatres et des histoires vécus de femmes que toute lectrice peut s'y identifier ce qui clarifie les sombres aspects de nos personnalités ,permettant de regagner confiance en se rendant compte qu'on n' c'est lamentable qu'un tel livre existe et que les hommes se plaignent toujours de ne pas arriver a comprendre les femmes!

Simone de Beauvoir rapporte dans son livres des textes de psychiatres et des histoires vécus de femmes que toute lectrice peut s'y identifier ce qui clarifie les sombres aspects de nos personnalités ,permettant de regagner confiance en se rendant compte qu'on n'est pas seule a subir le devenir d'une femme.

Oct 19, Julie Rylie rated it it was amazing Shelves: Some really interesting facts were added in this second chapter of the "feminist bible": Penso que isto possa ser amplamente discutido … Embora contextualizando a obra ao seu tempo, possa fazer mais sentido do que contemporaneamente.

Depois de se ter valido da lei social que consagra a necessidade, deve obedecer às leis secretas da natureza que fazem eclodir os sentimentos. Se coloca a sua felicidade em ser amado, é preciso que ame sinceramente: Mas ser apaixonado é desejar sempre.

Pode-se desejar sempre a própria mulher? É de observar que a igreja autoriza, ocasionalmente, a morte de homens feitos: Jun 26, Kim rated it it was amazing.

Vous ne pouvez PAS ne pas lire ce livre. Jan 14, Séverine rated it really liked it. L'écrivaine a voulu produire une somme à la façon des encyclopédies: Mais l'essai s'inscrit aussi dans un plus large projet autobiographique [ 2 ] puisque vers , Simone de Beauvoir éprouve le besoin d'écrire mais ne sait pas encore quel projet entreprendre. Dans La Force des choses , elle écrit: Je commençais à y rêver, à prendre quelques notes, et j'en parlai à Sartre. Je m'avisai qu'une première question se posait: Je regardai et j'eus une révélation.

Il reste à ce jour la référence de la philosophie féministe. Le Deuxième sexe est divisé en deux tomes composés respectivement de trois et quatre parties. Les deux tomes sont précédés chacun de deux épigraphes. Beauvoir commence son essai par une considération existentialiste: Le problème est que l'homme est considéré comme l'absolu et la femme comme un être relatif: Chez certains animaux , comme la mante religieuse , le mâle est au service de la femelle.

Beauvoir émet plusieurs critiques sur la psychanalyse: Et elle reproche à la psychanalyse de reprendre le point de vue des hommes, en considérant "comme féminines les conduites d'aliénation, comme viriles celles où un sujet pose sa transcendance". Beauvoir conclut que la biologie , la psychanalyse et le matérialisme apportent des éclaircissements certes intéressants mais insuffisants sur la condition féminine.

Elle se demande pourquoi la maternité a infériorisé la femme plutôt que le contraire. Son idée est la suivante: Nombreuses sont les lois - la polygamie par exemple - qui assujettissent la femme. Celle-ci perpétue le patrimoine , en procréant, sans le posséder. Puis les saints pères ont rabaissé la femme. Au Moyen Âge , celle-ci a une vie difficile, étant ballottée, utilisée, répudiée. Dans le domaine des arts et des connaissances, les hommes et les femmes prouvent leur talent. Mais celles-ci sont encore peu instruites et ce sont les nobles , les reines surtout, qui ont les destins féminins les plus riches: Quant aux bourgeoises elles-mêmes, elles ne réclament rien, illustrant la complicité fautive des femmes, déplorée par Beauvoir.

La conclusion de la deuxième partie est sans appel: Beauvoir insiste surtout sur les rapports sexuels , durant lesquels la femme est, selon elle, nécessairement infériorisée: Le christianisme a renforcé cet effroi pour le corps féminin. Il a besoin de son regard pour se sentir conquérant, nécessaire.

Il projette sur elle sa transcendance. Mais prise dans la réalité, la femme perd de sa magie: La femme est à la fois le bien et le mal, dualité qui se retrouve chez la prostituée. Beauvoir analyse la pensée de cinq écrivains, du plus misogyne au plus féministe. Les quatre premiers ont contribué à renforcer le mythe féminin. Henry de Montherlant est un écrivain à la misogynie aiguë: Ainsi, il crée des héros solitaires qui ne peuvent souffrir la rivalité des femmes. Mais celles-ci ne sont pas pour autant oubliées: Mais une contradiction apparaît chez Montherlant: Beauvoir accable Montherlant et sa solitude trompeuse: Être phallique , il incarne la transcendance, tandis que la femme est passive, enfermée, immanente.

Par son catholicisme, Paul Claudel a une vision peu émancipatrice de la femme. Beauvoir veut démystifier dans ce chapitre la gloire céleste qui tente de cacher son infériorisation terrestre. Elle est mystère, révélation, poésie, magie. Hormis Stendhal , les écrivains analysés par Beauvoir cherchent en la femme un autre par lequel ils pourront se révéler à eux-mêmes. Beauvoir conclut le premier livre du Deuxième Sexe par un bref chapitre dans lequel elle se demande si le mythe féminin, si présent dans la littérature, est important dans la vie quotidienne.

Pour rétablir une égalité des sexes, une réciprocité est nécessaire. Hommes et femmes doivent y participer, les premiers sans duplicité, en considérant les secondes comme des êtres à part entière.

Durant celle-ci, deux facteurs conduisent à une rapide infériorisation de la petite fille: Contrairement aux garçons , les filles peuvent rester longtemps dans les bras de leurs parents, être coquettes, comédiennes. Elles vivent un complexe de castration , regrettent de ne pouvoir uriner debout. Elles sont éduquées par des femmes, prises alors dans un cercle vicieux. Elles sont plus proches du stade adulte que les garçons car des tâches ménagères leur incombent vite. La découverte décisive des filles est la supériorité des hommes.

Quelques filles sont rebelles, luttent contre leur féminité: Leur puberté , plus précoce, est un bouleversement: On veut la jeune femme pure, celle-ci vit alors des refoulements , se réfugie dans la mauvaise foi, les fantasmes. Les parents comme la culture préparent donc la fillette à son futur rôle de femme infériorisée. La transcendance des garçons se confirme avec le temps: Chez la jeune fille, le lien entre le corps et la psychologie est fort, entraînant angoisses et handicaps.

Mais les filles ne sont encouragées ni en sport, ni dans les domaines intellectuels. Elle est rarement indépendante et insouciante. Les filles se sentent inférieures aux garçons et se complaisent dans la médiocrité. Elles se font passives pour plaire, se modèlent sur les désirs des garçons.

La passivité donne un certain pouvoir, séduit. Les rêveries des jeunes filles sont sans prise sur le monde. Pour être dans la vie, elles chercheront plus une femme, comme leur professeur.

Mais ces amours sont transitoires: Elles adorent un homme inaccessible qui leur semble supérieur à tous les autres et dont elles font une idole, et au nom de cet idéal, refusent les prétendants réels et la sexualité. Si la sexualité est acceptée, la jeune femme se fait autre, docile et inessentielle.

Elle est à la fois blessée et flattée par le regard des hommes: Elle est déchirée entre le destin assigné par la société et la rébellion. La mauvaise foi la caractérise: Mais en même temps, elle ne cherche pas à repousser les limites du monde réel. Alors la jeune fille ne fait rien, rêve, au mieux est extravagante.

Elle est préoccupée par le mariage et délaisse les amitiés féminines. Leur situation morale est également différente: La jeune femme est aliénée dans son corps, par la pénétration et la douleur. Souvent elle se révolte contre son destin sexuel. Cette frigidité prend fin avec un amant délicat. Selon la psychanalyse, la femme a le goût pour le masochisme, aime être dominée.

Étudier la lesbienne est un moyen pour Beauvoir de mieux comprendre les rapports de la femme avec les hommes et avec la féminité. Il existe deux types de lesbiennes: Les femmes viriles seraient même des hétérosexuelles revendiquant autonomie et égalité. Les rapports avec la mère conditionnent le type de relation lesbienne: Il est difficile de comprendre une lesbienne car une comédie sociale se superpose souvent à des rapports sincères. Sa sexualité est ambiguë car tout en refusant la domination masculine, la lesbienne veut dominer une autre femme.

Elle fréquente parfois des hommes si elle leur trouve des intérêts communs, mais le plus souvent elle les fuit, voyant en eux des rivaux. La destinée traditionnelle de la femme est le mariage. Le plaisir est ainsi distinct de la reproduction, et même nié. Des tabous entravent dès le début le mariage.

Le mariage ne peut donc être réussi que si le désir est réciproque. Cependant, le devoir règne encore dans le couple en Elle est gagnée par une dialectique: Les tâches ménagères sont nombreuses et répétitives, elles représentent une lutte permanente contre le mal et perpétuent sans cesse le présent.

La poussière fâche la femme au foyer en réalité révoltée contre son sort. Le ménage prenant permet une fuite loin de soi et une compensation sexuelle dans les sociétés puritaines.

La cuisine a un aspect plus positif que le ménage: Le mariage est aussi discrédité: Le fossé entre le mari et la femme est encore profond en La femme est souvent plus jeune et infantilisée. Elle est aussi intellectuellement inférieure à son mari: Il aime soumettre la femme qui dès lors se rebelle ou se complaît dans le masochisme.